Interview

Noah Histeria: «C'est le contraste calme/orage ce qui enrichit la musique que nous aimons»

Le quintette offre une proposition musicale pleine de nuances

Publié par Alex Belencoso et traduit par Félix Belencoso - Il y a 5 années
Noah Histeria: «C'est le contraste calme/orage ce qui enrichit la musique que nous aimons»

Ils ne sont pas ensemble depuis longtemps, mais ils ont déjà enregistré un EP et brillé dans plusieurs concours. Leurs chansons ne s'écoutent pas à la radio, mais ce sont des thèmes pleins de détails et de dynamique. Il se peut que leur style ne soit pas le dernier cri, mais ils ont trouvé, ça oui, un intéressant son personnel. Si tu aimes Tool, Porcupine Tree, King Crimson ou Rage Against the Machine, tu dois écouter Noah Histeria.

Le projet est né il y a 2 ans, n'est-ce pas? Pourtant vous n'avez pas gaspillé le temps et c'est remarquable la quantité de prix reçus. Parlez-nous un peu de ça...

NH: Comme presque tous les jeunes groupes qui commencent, nous aussi sommes partis avec le désir d'aller plus loin, de ne pas rester simplement dans le local de répétitions et faire trois concerts par an pour les amis et la famille. Pourtant, du désir aux actes…; nous étions conscients dès le premier moment que le travail était fondamental. Un travail conçu comme entreprise: réussit un produit différentiel par rapport à la concurrence, cherche un public potentiel et essaie par tous les moyens de donner viabilité au projet. Les prix et notre trajectoire sont petit à petit garants de ce travail constant. A présent l'objectif est d'aller plus loin, car le projet n'est pas encore viable et rentable.

Vos thèmes mélangent des mélodies (surtout dans les parties chantées) et des riffs rockers, je suppose que vous êtes à l'aise dans ces aspects mais, y a-t-il entre vous quelqu'un qui préfère les moments détendus, ou tout à fait le contraire?

NH: Nous tous nous préférons les moments détendus, car nous pensons vraiment que c'est le contraste calme/orage ce qui enrichit la musique que nous aimons écouter. Je pense que si l'un de nous entreprenait un projet parallèle, la chose prendrait cette tournure. Créer des moments de calme, émouvoir sans ennuyer, c'est beaucoup plus compliqué que de créer des riffs stoner, bien loin de là!

Une autre chose qui me frappe c'est que vous prenez les chansons avec du calme, elles peuvent grandir doucement, avoir des moments instrumentaux, etc. Par exemple dans 'Noah', au lieu de finir "en haut" au dernier refrain, vous introduisez une partie centrale d'ambiance et vous finissez avec un riff plus lourd à mi temps... Comment construisez-vous les thèmes? Qui dit "ici ce serait bien de mettre ceci"?

NH: Avec le temps, nous avons constaté que si les structures surgissent de l'improvisation de tous, on trouve des trucs inattendus qui, à notre surprise, nous convainquent, précisément parce qu'inattendus. Grâce à cela, nous avons commencé à rompre avec les structures typiques et nous nous sommes rapprochés un peu du progressif qui, en fait, n'était pas le but initial du groupe. Ainsi donc, la construction des thèmes est devenue très chorale, avec l'intervention de tous et l'accord général. Ce dernier aspect n'est pas facile, mais on est tous copains et cela aide à ne pas vouloir nous assassiner.

Hihihi, ça c'est bien... Alors, vraiment les thèmes sont très intéressants. J'aimerais vous demander aussi quelque chose sur 'N5', qui m'a paru très curieux par la quantité de nuances qu'il a. Parfois ça me rappelle les groupes de rock symphonique des années 70 et, soudain, sonne un riff plus "classique", pour ainsi dire… Et tout cela précédé d'une première partie qui ne prévoyait pas ce changement.

NH: Enchantés que tu parles et apprécies de cette façon 'N5', on voit que celui qui pose les questions est un connaisseur, et ne crois pas que ce soit habituel. 'N5' est le plus "Noah" des thèmes du EP, parce qu'il peut tout contenir, sans prétendre plaire ou faire bouger le public. Simplement, assieds-toi, détends-toi et écoute. Il cherche à transporter d'un monde à un autre, d'un état d'esprit à un autre. A notre avis, c'est le thème de plus grande qualité du EP, le dernier que nous avons composé, d'une façon plus spontanée et naturelle, construit sous la prémisse qu'il n'y a pas de règles ni modèles à suivre.

Le début de 'El Viaje' est puissant et on peut y apprécier les influences de bandes comme Rage Against the Machine dont vous parlez dans votre site. Mais dans les parties chantées vous revenez à un style plus mélodique... Je ne sais pas, Doc, si tu as essayé de rapper quelques phrases sur ce genre de riffs (pendant les répétitions, par exemple) ou tu penses que ce style n'aurait rien à voir avec le son Noah Histeria.

Doc: Très bonne question! On a un peu essayé, car il est vrai que cela s'y prête. Pourtant, on n'a pas été convaincus, peut-être à cause de mon manque de talent à ce sujet. Mais n'exclue pas à ce propos des postérieures collaborations pour le prochain disque, il va y avoir des surprises.

Nous serons attentifs à ce prochain travail. Passons à un autre thème, 'Que no te Escondes', à mon avis, celui qui rappelle le plus les Tool de Lateralus, par exemple. Par sa structure, mesures, arrangements,... Y compris un son de guitare similaire, quels instruments et amplis avez-vous utilisé pour l'enregistrement?

NH: Sans doute. Sincèrement, les questions sont très intéressantes. C'est le thème plus "tooler" du EP, paradoxalement, il a été enregistré avec une LTD et une tête d'ampli Orange, donc je suppose que si le son s'est rapproché de celui d'Adam Jones c'était grâce au miracle de notre producteur, Raúl Abellán. La guitare en Drop D, ça oui.

Pourtant pour les batteries vous choisissez un son très brillant, assez de reverb pour les caisses, grosses caisses très sèches, cymbales courtes,... C'est-à-dire, un peu plus "heavy" et moins "stoner", pour mieux nous comprendre. Quelque chose à dire, Daniel? ;-)

Daniel: Ha ha ha. Si je dois dire quelque chose c'est que les batteries sonnaient bien mieux de ce que j'aurais pu songer au moment de l'enregistrement. Et pourtant, le prochain va sonner différemment, probablement avec une caisse plus sèche et moins aigüe et les grosses caisses plus rondes. Je sais quel est le son qu'à présent je veux tirer de ma Mapex, je crois que live nous sommes en train de l'avoir.

Aux claviers il me semble que vous préférez le son du piano, est-ce pour une raison concrète? Je suppose que parce que Javi y est plus à l'aise et vous pensez que ça va mieux pour les chansons.

NH: Javi est pianiste, pas claviériste. Il est claviériste parce que nous l'avons forcé à apprendre, pour enrichir le son du groupe. Sincèrement, tu devrais voir les énormités qu'il fait live avec ses deux claviers et jouant des choeurs, une coordination et une technique extraordinaires. Et la question du son de piano c'était un défi pour lui. Normalement, piano et rock ce sont des termes pas très réussis dans le rock alternatif; en fait, une partie d'entre nous avait de grosses doutes à ce propos. Nous sommes pourtant enchantés du résultat, mais nous avançons que le rôle du piano va être différent dans le prochain travail.

On aimerait vous voir en direct, où allez-vous jouer prochainement?

NH: On ne va pas arrêter. Nous avons une tournée en France, avec deux arrêts à Paris, parmi d'autres villes, la 2ème semaine de septembre. Nous serons à El Loco Club et à Matisse, toutes deux à Valencia, le 26 septembre et le 23 octobre, respectivement. En novembre, nous serons à Alicante et Murcia. Avant la fin de l'année, à Madrid. Et en 2015, nous ferons une tournée en Espagne, nous concentrant dans le nord, où la scène est beaucoup plus stabilisée. A part, nous avons des concerts dans des villages de notre province, comme Alzira, Xirivella, Xàtiva (chez nous). En fin, les occasions de nous voir ne manquent pas.

Espérons qu'on se verra par là, sans doute! Merci bien, les gars :-)

Texte: Alex Belencoso / Traduction: Félix Belencoso

D'autres liens à http://www.facebook.com/noah.histeria