Interview

Mind Whispers: «Nous n’écoutons pas exclusivement du métal extrême et ça se remarque dans nos compositions»

Le groupe français de métal, originaire de Bergerac, murmure ses secrets

Publié par Alex Belencoso et traduit par Félix Belencoso - Il y a 4 années
Mind Whispers: «Nous n’écoutons pas exclusivement du métal extrême et ça se remarque dans nos compositions»

Grace aux nouvelles technologies, aujourd'hui nous pouvons découvrir beaucoup de groupes intéressants loin de nos frontières. C'est le cas de Mind Whispers, groupe de métal atmosphérique avec des influences thrash et death. Olivier (guitare) et Gaspard (batterie) ont répondu à nos questions...

Le groupe s'est formé il y a déjà 11 ans… Revenons à cette époque; quels souvenirs avez-vous de vos débuts?

Olivier: C’est une super question que l’on ne m’a jamais posé.

Une excitation permanente que j’ai toujours à l’idée de créer un morceau pachydermique. L’acharnement à constituer une synergie entre les membres et la noirceur et la fragilité de certains d’entre eux. Les premiers concerts étaient vraiment géniaux car on faisait prendre vie à tout ce que l’on avait imaginé, grâce au Lembarzique tout cela a été possible.

Gaspard: Je suis arrivé après le 1ier album (Beyond the Scarlet Opening, 2005) et après que Fred, le premier batteur du groupe, ait décidé de quitter le groupe à la suite du concert donné en ouverture pour Anorexia Nervosa au Sans Reserve à Périgueux. Il y avait beaucoup plus de possibilités pour jouer dans de meilleurs conditions qu’aujourd’hui pour un groupe local! Les associations ont par exemple de moins en moins de moyens mis à leur disposition aujourd’hui, ce qui force à sonner aux portes de privés, comme les bars ou les restaurants qui ne sont pas forcément des lieux adaptés pour diffuser les musiques amplifiées actuelles.

Parmis vos influences vous citez des groupes symphoniques des 70, comme Pink Floyd. Mais à présent votre son est plus proche de groupes de métal et de thrash comme Opeth, Gojira ou même Mastodon (dans son aspect atmosphérique plutôt que progressif). Pouvez-vous nous résumer l'évolution qu'a subi votre son pendant cette décade, compte tenu que ces aspects du métal sont assez récents?

Gaspard: Nous avons toujours cherché à mélanger un grand nombre de nos influences! Nous n’écoutons pas exclusivement du métal extrême et ça se remarque dans nos compositions!

Olivier: Mind Whispers est une entité qui a évolué avec nous. Au début, les scènes suédoises et norvégiennes étaient de grandes inspiratrices pour nous. Il ne fallait pas oublier les mélodies immédiatement assimilables pour l’auditeur non plus. Mais, avec le temps, l’expérience de la scène, celle où tu te rends compte de la "pulse" du public sur tel ou tel riff, sachant que pour nous la musique n’a d’intérêt que d’être jouée live, il est devenu évident de réaliser des compositions beaucoup plus aérées et enveloppantes que démonstratrices de technique. Le but est de laisser une empreinte dans la musique et c’est ce que nous nous employons à faire.

Cosmic Obedience, paru l'année dernière, reste pour le moment votre seul travail de studio. Comment a-t-il été enregistré?

Olivier: Désolé de te contredire mais Cosmic représente notre 4e album studio après A Near Death Experience, Ite Misa Est et Beyond The Scarlet Opening.

Oops...

Olivier: Le son que nous désirions devait être le plus proche de la réalité du live possible. Nous avons travaillé tout cela en faisant des préproductions et nous sommes vite rendu compte que le placement de micros devant des amplis n’était pas la solution appropriée. Il nous fallait donc un producteur qui saurait tout contrôler tout en sachant ce que nous avions dans la tête. C’est la raison pour l'aquelle Brett Caldas Lima (Kalisia, Cynic, Devin Townsend), qui est déjà à l’origine de A Near Death Experience, a été choisi. Je suis pour une formule privilégiant l’éxécution des morceaux la plus propre possible avec une grosse mise en avant de la guitare acoustique (un certain Keith Richards l’a inventé ). Tout l’impact provient d’un son ultra propre net et tranchant mais chaud également, ce fut la gageure pour Brett et le materiel choisi.

Gaspard: Le processus d’enregistrement de Cosmic Obedience s’inscrit dans la continuité du travail commencé sur les trois précédents albums, grandissant avec le savoir faire acquis en travaillant avec les mêmes personnes. Hubert Chort (ASM Studio) pour les prises, Mathieu Monpontet pour le mixage et Brett pour les choix plus généraux pour le résultat final.

Malgré les voix gutturales, riffs lourds, doubles grosses caisses,… vos thèmes sonnent très "écoutables" pendant les premières écoutes. Je veux dire que ce sont des chansons qui peuvent plaire même à un publique éloigné du métal. Etes-vous d'accord? Est-il possible que ce soit parce que vous soignez assez les arrangements des guitares et leur son, en général, n'est pas trop agressif?

Gaspard: Le travail de Brett-Caldas au moment du mastering a été primordiale pour ça oui! Par rapport aux compositions, les tempi ont été baissés pour plusieurs raisons et nous avons préféré creuser l’aspect atmosphérique empruntée par le morceau 'Hemoglobin fear' paru dans A Near Death Experience, en 2009. Nous revenons d’ailleurs sur d’anciens morceaux plus death lors de nos concerts.

Quel équipement avez-vous utilisé en studio et en direct?

Olivier: Pour ma part depuis 2004 je joue sur des têtes Mesa Boogie Rectifier. J’utilise essentiellement des Gibson Les Paul et des Paul Reed Smith. Le disque a été enregistré avec ce matériel ainsi q'une Jackson Randy US et une BC Rich Slash signature US. Les parties accoustiques proviennent d’une très rare Santa Cruz Tony Rice Pro du 98. Un artiste de Blue Grass. Celle-ci sonne encore plus puissant que les meilleures Martin actuelles sur lesquelles j’ai posé les doigts.

Gaspard: Pour ma part j’utilise les très bonnes cymbales turques de la marque française Velvet Cymbals, elles me permettent de jouer sur des sonorités sombres tout en restants explosives lorsqu’il le faut. Je les frappe avec mes baguettes ProOrca, marque également française toujours à la pointe de l’innovation qui propose des produits nécessairement robustes et soignés pour des gros cogneurs comme moi!

Olivier: Sur scène je fais confiance à mes baffles Orange et tout un village de pédales assez compliquées à positionner (ca m’a pris un an pour confectionner le pedalboard le plus adapté pour restituer fidélement l’album, et cela n’aurait pas pu se faire sans l’aide de mon pote Julien Brière qui a eu la patience d’écouter mes désirs).

Vous êtes de Bergerac, en France. Racontez-nous quelque chose sur la scène musicale dans votre ville. Y a-t-il un circuit stable de salles où jouer? Avez-vous un local pour les répétitions que vous louez au mois ou à l'heure?

Olivier: Il y a les salles du Rocksane et du Lembarzique ainsi que Anatole France qui permettent de faire des concerts et avec un son tout à fait appréciable. Nous répétons dans les studios de la Filature à Périgueux.

Gaspard: Avec le Rocksane et Le Lembarzique ça nous fait pas mal de lieux oui, reste plus qu’à convaincre les organisateurs et autres promoteurs de venir organiser des événements à la hauteur du potentiel des salles locales. Il y a proportionnellement peu d’association en Dordogne par rapport au nombre d’habitants!

Pendant votre trajectoire de plus de 200 concerts, avez-vous eu l'occasion de jouer dans d'autres villes ou d'autres pays?

Olivier: Jamais d’autres pays et là c’est notre but désormais. Mais, oui, plusieurs villes de France comme St Etienne, Lyon, Dijon, Limoges, Toulouse, Bordeaux, Orléans, Clermont Ferrand, Villeneuve sur Lot, Duras, etc. A chaque fois l’accueil du public était excellent, ce qui nous a poussé à continuer.

Gaspard: Saint Etienne, Lyon,... pas encore à l’étranger, non. Une piste à suivre pour réaliser de plus longs déplacements est le concept de "l’échange de date"» et celui des "dates off". Il est nécessaire pour cela de se concocter un bon carnet d’adresses.

Nous avons trouvé quelques-unes de vos vidéos mais aucune enregistrée en studio. Prévoyez-vous enregistrer quelque chanson de cette façon?

Gaspard: Deux clips sont déjà sur YouTube! Le premier, fait "à la maison" qui agrémente le morceau "N.D.E. 1998" d’images live et studio ainsi que d’extraits d’un petit film sur l’expérience de mort imminente d’un prêtre au siècle dernier, sorti en 2009 et disponible sur l’ancienne chaine du groupe MindBanguersCrew. Le second, issu de Cosmic Obedience, filmé par Sebastien Ravidat pour 'Ma petite Entreprod' est en ligne depuis avril.

Olivier: D’autre sont prévu dès que possible!

Quels projets avez-vous pour cette année, peut-être un nouveau disque?

Gaspard: De nouvelles compositions oui, mais surtout de nouveaux concerts!

Olivier: Lorsqu’un disque de Mind est enregistré, de nouveaux titres existent déjà car nous n’arrêtons jamais de créer. Nous allons laisser vivre Cosmic et le défendre sur un max de scènes possibles tout en revisitant nos titres des précédents albums, vous verrez ca va sonner grave!

Merci pour tout :-)

Olivier: Je tiens à remercier Alex de Lord Shades, Maxime et Gaspard de m’avoir rejoint afin de perpétuer le flambeau...

More news coming soon... Stay tuned guys!!!

Texte: Alex Belencoso / Traduction: Félix Belencoso

D'autres liens à https://www.facebook.com/MindWhispersOfficial