Interview

Aphonnic: «Nous n'utilisons pas trop de trucs, ni en studio ni live»

Les gars de Vigo continuent leur tournée de présentation de Héroes, leur dernier album

Publié par Alex Belencoso et traduit par Félix Belencoso - Il y a 6 années
Aphonnic: «Nous n'utilisons pas trop de trucs, ni en studio ni live»

Aphonnic est une des bandes les plus intéressantes que j'ai écoutées dernièrement, dans l'entourage du rock en espagnol. Ils proposent une formule puissante, sans négliger les mélodies, les arrangements et les paroles. Voici ce que Chechu, leur chanteur, nous a raconté à l'occasion d'une pause dans la tournée.

Héroes est votre quatrième disque. Qu'est-ce qui va nous surprendre par rapport à des travaux précédents d'Aphonnic?

Chechu: Salut! que c'estnotre disque le plus direct et rapide, où l'on retient les mélodies depuis la première écoute.

Vous l'avez financé à travers les apports des adeptes à la bande, n'est-ce pas? Racontez-nous un peu comment ça a marché et si vous y songez comme option pour les prochains albums.

Chechu: Le financement à travers Verkami a fichtrement bien marché, puisque nous avions perdu 6.000 euros et à la fin nous sommes arrivés aux 7.888 officiels et 8.300 officieux. C'est un grand signe et un shoot d'énergie savoir que les gens ont toujours envie de matériel d'Aphonnic. Il y a quelques années c'était impensable mais, petit à petit et avec pas mal d'effort et d'espoir, les choses commencent à marcher. Pour un cinquième disque il faudrait voir, je crois que tous ceux qui ont collaboré à celui-ci en sont contents, tant du disque comme des packs que nous avons dessinés, c'est une possibilité pas négligeable.

D'ailleurs, depuis votre web on peut le télécharger directement. Beaucoup doivent se demander “pourquoi”...

Chechu: Si ce n'est pas nous qui l'ajoutons d'autres vont le faire. De cette façon les gens visitent ta web, ton merchandising et tout ce qui a trait à Aphonnic. Je n'aime pas trop faire cadeau de ma musique, mais les temps s'imposent. Il faut s'adapter et se réinventer.

J'ai intérêt à savoir quel a été le processus d'enregistrement, à Lisbonne, avec Vasco Ramos comme producteur. Quelles idées aviez-vous en tête? Quelle a été l'influence de son travail pour le son final du disque?

Chechu: Nous portions un tas de choses pour le Portugal puisque nous avions travaillé avec Dani Obenza pendant un an. Tout était assez défini mais Vasco a tout bouleversé. Pouvoir consacrer deux semaines, les 24 heures du jour à produire un disque c'était d'une telle intensité... Vasco est un gars qui a les idées très claires et depuis le début nous a parlé de Paul Leavitt pour le mixage et la mastérisation. Au-delà de nos frontières les choses se font d'une autre façon et tout cela influence le son d'un disque.

Continuons avec le son et commençons par les guitares et la basse, quels intruments, amplis et pédales avez-vous utilisé? Et que portez-vous live?

Chechu: En général, nous n'utilisons pas trop de trucs, ni en studio ni live. Pour enregistrer les guitares un ampli 5150 plus baffle Mesa Boogie; et pour la basse, un Ampeg SVT-VR. Tout ça à travers un Neve 1073 que nous apportons.

Live nous utilisons pour la basse un Ampeg Heritage SVT-CLASSIC plus 8x10, d'Ampeg aussi; et pour les guitares un Bogner Ectasy plus baffle Mesa Boogie 4x12.

Dans la web vous parlez de Deftones et de Faith No More comme influences du groupe. Pourtant, les compositions, ta personnalité comme chanteur, Chechu, même le fait de chanter en espagnol, etc. font que, tout d'abord, les chansons d'Aphonnic ne me rappellent pas ces groupes. Comment évaluez-vous cette influence? Est-elle dans le type de son, dans le goût pour mélanger différents styles?

Chechu: Nous avons mis ces groupes parce que nous en raffolons tous les quatre, mais musicalement nous écoutons tout, il y a des choses que quelqu'un aime et ne plaisent pas aux autres. Que nous aimions Deftones ne veut pas dire que nous ayons leur son. Il peut y avoir une minime similitude, mais nous essayons de sonner comme nous mêmes, comme Aphonnic. Toute la musique qu'on écoute t'influence mais nous n'avons jamais eu l'intention de sonner comme Deftones ni comme Faith No More.

D'où viennent les thèmes et les paroles? C'est-à-dire, quel est le processus que vous suivez depuis l'idée jusqu'à ce que la chanson a été enregistrée?

Chechu: Les thèmes surgissent d'un petit riff de base et de fil en aiguille on parvient à tout conformer. Ensuite la voix se forme à partir de mélodies sans paroles. Une fois que la mélodie nous branche, on adapte les paroles. C'est ainsi que principalement tout se construit.

La tournée “Héroes” continue au moins pendant les prochains deux mois, n'est-ce pas? Où allez-vous jouer?

Chechu: Nous avons déjà fait un tas de concerts et on a six festivals pour cet été. Nous voulons avoir encore quelques dates pour l'automne/hiver.

Espérons que les salles se remplissent, bonne chance avec ces concerts :-)

Chechu: Merci bien pour tout, c'est difficile de remplir les salles mais on l'a fait dans quelques-unes et c'est pour en être fiers. Merci de votre temps et de votre support. Un "abrazo".

Texte: Alex Belencoso / Traduction: Félix Belencoso

D'autres liens à http://www.aphonnic.com