Chronique

Los Suaves et Eric Sardinas enflamment Cultura Inquieta

Première soirée de rock et blues à Getafe, une bonne réussite

Publié par Alex Belencoso et traduit par Félix Belencoso - Il y a 5 années
Los Suaves et Eric Sardinas enflamment Cultura Inquieta

Le jour est arrivé, le jour consacré au son le plus rockeur du Festival Cultura Inquieta de cette année. Le rendez-vous, marqué au début par l'annulation de Jeff Beck, réunit un public varié, auquel les adeptes inconditionnels des deux têtes d'affiche n'ont pas manqué.

Le concert commençait ponctuellement à 9h du soir et bien qu'il faisait encore jour, on avait déjà envie d'une bonne dose de watts. Les premiers à jouer, Fuzz, sont une bande aux influences du rock et du rock classique, mais avec un son "cristallin". C'est-à-dire, les guitares s'éloignent de la saleté qu'on trouve, ça oui, dans le rock des 70. Par contre, ils préfèrent d'autres effets, comme "delays", et des arrangements basés sur des mélodies, plutôt que l'électricité pure et dure. Le projet dirigé par Frankie a convaincu l'audience, spécialement avec des thèmes comme 'Indomable' ou 'Materia invisible'. Les passages instrumentaux ont très bien marché, eux aussi.

Peut-être il manquait ce facteur surprise qu'on attend d'un groupe moins connu. A l'avenir ce serait intéressant qu'ils se laissent aller dans les parties plus progressives, pas seulement quelques détails mais quelque chose de plus travaillé. En tout cas, un très bon niveau pour commencer la soirée et une bonne fin de performance, très intelligente, qui nous laisse un bon goût dans la bouche. Le thème choisi, 'Rockin´ in the Free World' de Neil Young, est une version adaptée au son de la bande.

Après une première heure de rock aimable, c'était le tour du blues viscéral d'Eric Sardinas. L'homme de la Florida est une star et son entrée sur scène fut spectaculaire, aussi bien dans le fond comme dans la forme. Chaque détail esthétique, chaque pose de la guitare, la complicité avec le public… Vraiment il sait comment attirer sur lui tous les regards. Musicalement le concert, à mon avis, est passé de bon à moins bon, peut-être parce que la formule était un peu répétitive.

Au démarrage, des blues, du rock et un peu de funk. Pendant un moment tranquille, Eric demandait timidement au public de sauter, de claquer des mains, sur le riff syncopé de 'Goin' to thé River'. On passait un bon moment bien qu'on le voyait légèrement distrait. Quelques détails comme la chute du slide, un "merci beaucoup" qui n'a rien a voir avec l'Espagne (jet lag?) ou un arrêt à la moitié d'un thème pour accorder la guitare... Mais bon, qui n'est pas passé par là? L'important c'était de continuer la fête, avec 'Get Down to Whiskey', un thème qui incite à chanter en choeur et signifiait le point culminant du concert jusqu'à ce moment.

Ensuite, il a joué un peu de blues et d'improvisation. Eric se sentait bien dans ses baskets et, ayant recours à la vielle école, s'est approché du bord de la scène, tout en folâtrant avec les wah wah et d'autres effets, plein de passion, quoique le dobro a produit quelques grincements. Certainement il est difficile de contrôler autant d'électricité quand cet homme se laisse aller… L'improvisation poursuivait, mais sur un ton plus tranquille. La base rythmique a pris le poids du thème et les phrasés de blues se mélangeaient à quelques mots qu'Eric adressa au public sans utiliser le micro. Pour finir, un peu plus de wah wah furieux et la sensation d'avoir vécu le moment le plus spécial de la soirée.

Il était 23h. et on était arrivé a la moitié de sa performance. La bande intercalait des thèmes de rock et de blues, et laissa Eric Salinas seul sur la scène pour faire une version de 'Hell Hound on My Trail' de Robert Johnson, un de ses héros d'enfance. Avec le micro a mi-hauteur, jouant de différents volumes et gains, ce fut le thème le plus intime et du plus pur blues. La bande l'enveloppa encore une fois pour un nouveau témoignage de rock and roll à l'arôme américain. Ensuite le bassiste Levell Price attira toute l'attention, s'engageant sur un thème ambiant, soutenu par un octavador et par le concours de la percussion qui émergeait doucement, jouée par le batteur Bryan Keeling. Tout très atmosphérique, laissant de côté pour le moment le blues.

Ils ont continué avec un thème très funk, progressif, qui nous rappela encore une fois l'absent de la soirée, Jeff Beck, et combien on aurait joui de sa performance. Mais ce n'était pas le moment des regrets, loin de là. Revint Eric sur scène pour se joindre à la fête et demander les "yeahs" du public. En réalité, a partir de ce moment-là il semblait un peu plus fatigué, moins inspiré et parfois hors de tempo. Mais tout cela il le faisait disparaitre par sa présence et son magnétisme et, bien sûr, ces compagnons qui sont une véritable machine rythmique. La performance était sur le point de finir et nous étions plus que satisfaits, en attendant le clou de la fête préparé par Los Suaves.

Le groupe d'Orense jouait presque chez eux et cela se remarquait; néanmoins ils ne réussirent pas à attirer autant de public comme prévu. Peut-être parce qu'ils avaient déjà joué à Madrid quelques mois auparavant ou par manque de temps pour réunir tous leurs adeptes. Los Suaves ont fait le concert que nous tous nous pouvions espérer, à la hauteur, avec un bon son et de bonnes performances, bien qu'il était difficile de comprendre Yosi, avec une voix cassée en excès. Il a quand même du charisme à vendre et malgré tout il réussit à satisfaire la plupart de son public.

Le reste, comme je disais, une bonne réussite. La base rhythmique correcte, soutenant parfaitement tous les thèmes. Les guitaristes, Alberto Cereijo et Fernando Calvo, se distinguèrent spécialement. Beaucoup de pincements "marque personnelle" comme d'habitude dans la "formule Suaves", doublant les guitares. Ils ont eu également des moments instrumentaux très puissants et inspirés dans 'Viajando al fin de la noche'.

Yosi restait ensorcelé parce que "la lune lui rendait fou", mais c'était une nuit de fête et le rythme ne s'arrêtait pas. '¿Sabes? ¡Phil Lynott murió!', 'Malas noticias', 'Pardao', 'Mi casa', 'Dulce castigo',... Et l'extase collectif arrive avec 'Dolores se llamaba Lola', une chanson difficile à ne pas chanter ou tout au moins fredonner. C'est-à-dire, impossible de ne pas le faire. C'était la fin officielle mais il manquait encore une pair de cadeaux comme 'San Francisco Express', les drapeaux de Madrid et de Galice ondoyant sur la scène. Et puis un 'Ya nos vamos', la meilleure finale d'un concert qui, sauf quelques détails, n'a pas déçu. Nous sommes partis accompagnés par un outro genre Purple, qui a peint un sourire sur notre visage. Voilà la raison pour laquelle un concert de bon rock and roll vaut la peine.

Fuzz

  • 1.- 'Mi espíritu se libera'
  • 2.- 'Víbora'
  • 3.- 'Indomable'
  • 4.- 'Materia invisible'
  • 5.- 'Blues 666'
  • 6.- 'Nivelzero'
  • 7.- 'Rokin' in the Free World' (Neil Young)

Texte et photographie: Alex Belencoso / Traduction: Félix Belencoso